Vous prendrez bien quelques gouttes de Rivotril ou un petit "pschit" de Sativex ?

 

Dernièrement, je vous parlais de la mise sur le marché prochaine du « Sativex« , tout en vous expliquant pourquoi j’étais déçue par rapport à l’annonce faite dans les médias françaises.

Ce médicament est présenté comme un énorme pas en avant pour tous les malades de la sclérose en plaques. On nous parle qu’il réduit la spasticité (contractures musculaires) ainsi que les douleurs neuropathiques mais les médias ne parlent pas du tout des conditions hautement contraignantes pour pouvoir en bénéficier !

L’indication thérapeutique n’est pas celle des douleurs, uniquement la spasticité résistante aux traitements classiques données pour traiter la spasticité.

 

Une prescription « hors AMM » possible du Sativex ?

Une personne sur Facebook me disait que les neurologues ne vont pas être idiots.

Ils vont pouvoir nous prescrire le Sativex « hors AMM » aux personnes qui souffrent de douleurs neuropathiques, comme ils le font déjà avec le Rivotril.

Par « hors AMM« , il faut entendre : en dehors des indications autorisées et fournies dans la notice du médicament par le laboratoire pharmaceutique.

Pour y répondre, faisons un petit état des lieux du « Rivotril ».

 

Le Rivotril 

Le Rivotril est indiqué dans le traitement des épilepsies chez l’enfant (forme buvable) ou chez l’adulte et enfant (forme comprimé).

Son autorisation de mise sur le marché (AMM) a été obtenue le 9 février 1995. Le laboratoire Roche® le commercialise depuis le 1er  juillet 1998.

En 2006, l’Afssaps a instauré une surveillance renforcée du Rivotril.

 

Une spécialité sous haute surveillance

Une enquête d’addictovigilance a permis de mettre en évidence la forte proportion de prescription hors-AMM du Rivotril.

Le Rivotril est largement utilisé hors AMM dans la prise en charge de la douleur, notamment les douleurs neuropathiques. 

L’utilisation très importante du Rivotril® en dehors de ses indications, mais également l’émergence d’un trafic (falsification d’ordonnances), l’Afssaps a pris différentes mesures destinées à mieux encadrer et sécuriser les conditions de prescription et de délivrance des formes orales de Rivotril.

La prescription des formes orales de Rivotril® doit être faite sur des ordonnances dites « sécurisées » depuis le 7 décembre 2011.

De plus, la prescription initiale des formes orales de Rivotril est réservée aux spécialistes en neurologie ou aux pédiatres qui doivent la renouveller chaque année. Les renouvellements intermédiaires peuvent ensuite être effectués par tout médecin.

 

Retrait prochain du Rivotril

Le Rivotril devrait être bientôt retiré du marché et remplacé par le Laroxyl.

Dans quel cas le médicament LAROXYL est-il prescrit ?

Ce médicament appartient à la famille des antidépresseurs et possède des propriétés antalgiques indépendantes de son effet antidépresseur.

Il est utilisé dans le traitement :

  • des états dépressifs,
  •  des douleurs neuropathiques,

 

A savoir

Il est intéressant de noter que :

  • la prescription « hors AMM » n’est pas interdite en France.
  • Les médecins sont libres de leur prescription.
  • Mais la prescription rendue conformément à l’AMM (autorisation de mise sur le marché) est toujours souhaitable pour le bien du patient. Pourquoi ? Parce qu’elle peut offrir toute la sécurité au patient (du moins plus qu’une prescription hors AMM !)
  • En principe, le médicament prescrit « hors AMM » ne peut faire l’objet d’un remboursement par la sécurité sociale et le médecin est tenu de vous en informer

Dans certaines pharmacies, la silodosine qui est prescrite par les urologues pour réduire la spasticité de la vessie n’est pas remboursable car prescrite aux femmes « hors AMM ». Ce principe actif a pour indication les troubles de la prostate !

D’autres pharmacies continuent de me vendre ce médicament sans me demander à le payer !

Bref, a priori, si votre neurologue vient à vous prescrire le Sativex « hors AMM » (dans l’indication des douleurs neuropathiques), vous risquez d’avoir à payer le médicament ?!

La silodosine me coûte 15 euros par mois, pour le Sativex … il serait étonnant que la sécurité sociale accepte une prescription hors AMM, sachant qu’il s’agit d’un stupéfiant.

 

Conclusion

Le meilleur reste à venir !

Je compte en discuter prochainement avec mon neurologue …

Je dois le voir bientôt avec les résultats de mes 2 dernières IRM (l’IRM cérébrale sera faite jeudi prochain !)

Je vous tiendrais au courant !

 

Portez vous bien !

Chrystèle

 

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • patrick on 13 janvier 2014 at 8 h 38 min
    • Répondre

    bonjour ,
    un grand espoir le sativex mais que cele va être compliqué pour l’obtenir ;drôle de pays la france ! quand au laroxyl antidépresseur qui agit effectivement sur les douleurs neuros mais entraine une constipation très importante donc inutilisable par la plupart des patients sépiens …..qui décide de ces changements de ttt ?

    1. Hello
      Je ne comprends pas pourquoi le labo n’a pas demandé à ce que son médicament soit indiqué pour lutter contre les douleurs neuropathiques !
      A mon avis, c’est une histoire de sous !

        • patrick on 13 janvier 2014 at 16 h 31 min
        • Répondre

        je pense que tu vois juste!!!

    • Cindy on 25 mai 2018 at 17 h 04 min
    • Répondre

    Bonjour à tous,

    Mon papa est atteint de SEP depuis plusieurs années, je le vois souffrir tous les jours et j’ai l’impression que le neurologue ne s’en préoccupe pas.

    Je suis tombée sur votre blog par hasard (je cherche une solution pour le soulager), pouvez vous me dire si vous avez trouvé des quelque chose qui vous aide au quotidien ?

    Je vous remercie. Cindy

    1. Bonjour Vou voulez parler de le soulager des douleurs ? Il existe l’huile de cannabis qu’on peut maintenant trouver sur internet. On en parle peu car pas certain que même si on a un texte légal qui dit ok pour le cannabis thérapeutique ce soit légal en france

    • pelbois on 15 septembre 2018 at 12 h 28 min
    • Répondre

    Le Rivotril ma été prescrit pour des crises d’Arnoldalgies handicapantes, Il m’a sauvée de crises tous les trois jours de 17 à 20 heures de douleurs neuropathiques insupportables d’intensité 10. Avant diagnostic on m’a mise sous cortisone , solupred 20 mg , j’en étais à 40 voire 60 en crise et peu d’effets. J’étais enflée et j’ai développé en 3 ans , myalgies , je ne pouvais plus rien faire ni marcher (quelques pas ) perte de cheveux , pousse de poils ,problèmes de coeur, prise de poids , système immunitaire trop faible, glaucomes aux deux yeux. Le Rivotril , une fois opérée des deux yeux , m’a été prescrit uniquement en crises. Souverain à 5 à 7 gouttes. J’ai subi un sevrage dec cortisone ,très tardivement , car on me demandait de le faire seule , hors c’était impossible. En 4 mois on m’a sorti delà, mais j’ai un arrêt des glandes surrénales.Sous contrôle, je reprends de l’hydrocortisone . Vu tous les problèmes , la suppression du Rivotril dans mon cas est un stress dont je me serais bien passée, tout cela parce que il y a des abus? On empêchera pas les gens de négocier , de frauder , si ce n’est pas avec celui là , le prochain fera l’affaire.A ce compte là on pourrait retirer la cortisone(solupred , prednizole) et autres , eux aussi produisent des effets d’une rare toxicité et addiction par l’organisme.Ne retirons pas , contrôlons et si certains veulent se droguer , on ne pourra jamais l’empêcher.Gardons les bons médicaments.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.