Comment faire une rentrée en pleine forme et sans fatigue ?

 

Après plusieurs semaines de vacances, on est censé être parfaitement reposé et prêt à démarrer la rentrée sur les chapeaux de roue !

Pourtant ce n’est pas toujours ce qui se passe ..

Dans cet audio, je vous donne des conseils pour ne pas vous sentir fatigué à la rentrée

 

 

 

 

Transcription texte de l’audio

A venir …

 

Comment exploiter au mieux son crédit quotidien d'énergie ?

 

Cet article participe à l’évènement inter-blogueurs consacré à la gestion de son énergie, organisé ce mois-ci par Julien, du Blog « un monde pour les introvertis » pour le site developpementpersonnel.org.

 

Verre à moitié vide ou bien à moitié plein ?

Lorsque l’on souffre de fatigue chronique, il n’est plus question de parler de la gestion de son énergie mais plutôt de savoir comment gérer sa fatigue !

En fait, tout dépend de la manière de voir les choses :

  • je me sens tout le temps fatigué … que dis-je épuisé !

Ne me parlez pas d’énergie, je n’en ai PAS !

Je ne connais que la FATIGUE !

  • je me lève avec un « crédit d’énergie » pour la journée, qu’il faut que j’apprenne à gérer.

La fatigue chronique fat partie de mon quotidien que j’ai tout d’abord appris à identifier.

Ma fatigue, je la connais bien !

Je sais à quel moment elle survient …

Je sais ce qu’il ne faut pas que je fasse pour finir épuisé !

 

Mon « Crédit d’énergie » pour la journée

Devoir vivre avec une fatigue chronique m’a appris à devoir apprendre à exploiter au mieux ce que j’appelle mon « crédit d’énergie » pour la journée.

Je vous explique …

C’est un peu comme si je possédais tant d’heures d’activité dans une journée (24 heures si vous préférez !) : une fois mangé ce crédit, mes batteries sont à plat !

Dans un tel moment, il n’est plus question pour moi de pouvoir continuer à agir.

Comme je suis au courant, je sais prévenir cet état d’épuisement.

Je ne peux donc plus me retrouver « surprise », comme ce fut le cas à une certaine époque de ma vie !

 

Anticiper la survenue de la fatigue, avant que …

Il est question pour moi d’anticiper l’apparition de la fatigue, avant qu’elle ne conduise à l’épuisement !

Bon, je ne vous cache pas que ce n’est pas toujours simple !

Comment ai-je fais pour apprendre à gérer ma fatigue chronique, apprendre à en reconnaitre les signes avant-coureurs, avant qu’elle ne vienne me stopper net dans mes activités ?

En premier lieu, il m’a fallu l’identifier. Ceci passe par la tenue d’un journal d’activités.

J’y ai noté les différentes activités quotidiennes avec à côté un commentaire sous chacun des activités qui me pompent le plus d’énergie !

J’ai ainsi appris à savoir déléguer les tâches les plus mangeuses d’énergie !

Je reviens à ce crédit d’énergie : la fatigue n’est que l’évènement prévisible qui survient une fois que ce crédit est épuisé !

Apprendre à gérer sa fatigue chronique c’est finalement apprendre à exploiter au mieux son crédit quotidien d’énergie !

 

Répartir son crédit d’énergie dans la journée ?

Certains seraient tentés de répartir leur crédit d’énergie durant la journée, afin d’avoir un peu d’énergie tout au long des 24 heures !

Pour ma part, ayant vite compris que mon énergie est au plus fort le matin, je préfère consommer mon crédit le matin et réserver les quelques heures d’énergie qui me restent pour l’après midi et le soir : je réserve ces moments là à des activités intellectuelles tranquilles, telles que de tapoter sur mon ordinateur ou bien lire.

Les matins sont réservés aux activités de ménage, courses, séances de kiné, etc.

 

Prévoir l’imprévu ?

Comme vous le savez déjà, la vie n’est pas un long fleuve tranquille !

Il peut arriver d’avoir à prévoir l’imprévu 🙂

Dans un tel cas comment faire ?

Par exemple, j’ai un rendez-vous l’après-midi : je ne peux pas le reporter …

Je pense à l’invitation de ma nièce Lana pour assister à son spectacle « Les misérables » dans lequel elle jouait le rôle de Cosette !

J’ai simplement anticipé en pensant à bien me reposer avant … et je savais que le soir je serais fatiguée mais je récupérerais le lendemain !

 

Et vous, comment faites-vous pour exploiter au mieux l’énergie dont vous disposez ?

 

La fatigue et les troubles cognitifs dans la SEP

 

parresse

 

Je vous parle de la fatigue sur le site Medipedia. Il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessus ! Merci à Barbara Delbrouck pour son article.

 

Vous pouvez également retrouver le début de l’interview qui traite des troubles cognitifs dans la SEP ici : http://fr.medipedia.be/blog/201403/sep-et-troubles-cognitifs-il-faut-arreter-de-culpabiliser

 

N’hésitez pas à me donner votre avis : qu’aurais-je pu dire de plus ?

 

La vitamine D : un remède anti fatigue ?

Voici les conclusions d’une étude réalisée sur 259 patients intitulée « Effect of Alfacalcidol on multiple sclerosis-related fatigue : A randomized, double-blind placebo-controlled study« 

J’ai pensé que vous aimeriez que je vous en parle …

j’ai donc traduit (aussi bien que j’ai pu !) le contenu de cette étude et surtout ses résultats qui sont vraiment enthousiasmants !

La fatigue

La fatigue est l’un des troubles les plus fréquents ressentis dans la sclérose en plaques. A ce jour, aucun traitement n’a pu démontrer son efficacité.

Objectif de l’étude

Évaluer l’effet sur la fatigue ressentie dans la SEP, d’un traitement analogue à la vitamine D : l’Alfacalcidol.

Une étude réalisée en double aveugle

L’étude a eu lieu à Israël.
Alfacalcidol et un placebo ont été administrés durant 6 mois consécutifs.

L’échelle de mesure de la fatigue, le « Fatigue Impact Scale » (FIS) a été utilisée afin d’évaluer le degré de fatigue des participants.

Résultats de l’étude

Alfacalcidol diminue le score évalué avec l’échelle de mesure de la fatigue en comparaison avec le placebo : -41.6% vs. -27.4%.

Cet intérêt a été confirmé par la suite avec l’échelle de mesure de la fatigue « modified FIS » (MFIS).

La qualité de vie a été améliorée pour les patients placés sous Alfacalcidol, en comparaison avec ceux ayant pris le placebo.

Par ailleurs, le groupe des patients traités ont vu le nombre de poussées se réduire (p=0.006). Cette réduction de poussées a été significative au bout de 4 mois de traitement.

Le traitement sous Alfacalcidol était sans effet secondaire et aucun sérieux effet indésirable n’a été enregistré.

Conclusions de l’étude

Alfacalcidol est un traitement sûr (sans risques) et efficace comme stratégie de traitement pour réduire la fatigue et améliorer la qualité de vie chez les personnes atteintes de la sclérose en plaques.

Source : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=25344375

ALFACALCIDOL TEVA Vitamine D

Voici quelques informations sur ce médicament ALFACALCIDOL

Il contient un dérivé de la vitamine D et permet la fixation osseuse du calcium.

Il est utilisé dans le traitement :

  • des anomalies osseuses rencontrées chez les insuffisants rénaux
  • du rachitisme et de l’ostéomalacie résistant à la vitamine D naturelle
  • des troubles de la calcification dus à un mauvais fonctionnement des glandes parathyroïdes
  • de certaines hypocalcémies

ALFACALCIDOL TEVA 0,25 μg est présenté en capsule molle dans une boîte de 30

Il est disponible sur ordonnance (Liste I) et remboursable à 65 %

Son prix est de 6,29 € !!!

Rien à voir avec un de nos traitements d’exception qui nous sont généralement proposés par les laboratoires en tant que traitements de fond pour lutter contre la sclérose en plaques.

Le principe actif est : Alfacalcidol (vitamine D3 hydroxylée)

Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas d’excès de calcium, de magnésium ou de phosphore dans le sang. Ce traitement nécessite des analyses de sang et d’urine régulières.
Les capsules doivent être avalées avec un peu d’eau sans être croquées ni sucées.

Ce n’est pas une bonne nouvelle que je vous annonce là ?! 🙂

Bon, maintenant il va falloir attendre que nos chers médecins généralistes ou neurologues acceptent de nous prescrire ce traitement.

A priori la vitamine D devrait quand même pouvoir se donner avec beaucoup plus de facilités que du cannabis thérapeutique !

La question que je me pose : si je prends de la vitamine D telle qu’on peut la trouver actuellement (et même se la faire prescrire par son neurologue), est-ce que les effets seront les mêmes qu’avec ce dérivé de vitamine D3 ?!

C’est quand même fou de ce dire qu’une simple vitamine D pourrait bien devenir notre prochain remède pour lutter contre cette fatigue qui peut être si handicapante et qui reste si mystérieuse !

La question qui tue !

 

Le WE prochain je pars à Paris …

chez mon oncle et ma tante, qui ont la gentillesse de m’héberger jusqu’à mon retour sur Montpellier.

Que vais-je donc faire à Paris ?

Je suis invitée à participer à une émission de TV, qui va parler de la sclérose en plaques, en particulier des « questions taboues », telles que troubles urinaires et troubles sexuels.

tv

 

Quelle est pour vous la question la plus taboue dans la SEP ?

Voici ce dont je voudrais parler : non pas tant les troubles urinaires et les troubles sexuelles, qui, selon moi, sont des questions taboues, uniquement pour leur caratère « intime » : c’est à dire qu’en général on n’ose parler de ces choses là qu’entre personnes qui se connaissent bien, et encore !

Je me vois mal parler de mes problèmes urinaires à une personne que je ne connais pas ! Déjà que d’en toucher deux mots avec mon médecin généraliste n’est pas toujours facile …

Donc, non pas tant ce genre de questions, +/- taboues par nature, mais plutôt les questions relatives à la fatigue, les douleurs neuropathiques et les troubles cognitifs, qui selon moi sont également des sujets dont on ose peu parler.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que la plupart des gens ne les comprennent pas bien.

La fatigue

Pour moi qui connaît la fatigue chronique depuis l’enfance, sans savoir qu’elle peut être causée par la SEP, j’ai appris à la cacher au maximum. Tout simplement parce que j’en avais assez qu’on me dise toujours : « c’est dans la tête ! » parce qu’on ne me croyait pas. On ne comprenait pas du tout à quel point la fatigue peut devenir un véritable handicap.

Les douleurs neuropathiques

Là aussi je pense qu’on peut parler d’un sujet +/- tabou car il s’agit de douleurs très mal connues, car peu expérimentées.

Tout le monde sait ce que veut dire avoir mal ! Mais une douleur neuropathique peut paraître bien étrange : brûlures, picotement, fourmillement, impression de marcher sur des oeufs, ruissellement d’eau gelée dans les jambes, etc.

Les troubles cognitifs

On comprend tous ce qu’est un « trou de mémoire« , mais on ne réalise pas vraiment qu’une personne de 30 ans puisse déjà oublier le nom d’une personne ou bien son numéro de téléphone ou ne sais-je quoi d’autre !

La question qui tue !

Vous a-t-on déjà demandé : « Comment vois-tu ton avenir ? »

Pour moi, c’est une question flippante !

A la limite même d’être méchante …

Sauf que sûrement que celui qui la pose n’a pas du tout conscience de poser une question stupide !

Demande-t-on à un cancéreux comment il voit son avenir ?!

Bien sûr qu’il espère pouvoir vivre encore des années …

mais j’imagine qu’il préfère vivre au présent plutôt que de se poser la question de ce qui va lui arriver.

Avec la SEP, qui est une maladie dégénérative, ce genre de questions peut être TRÈS déstabilisante.

En fait tout dépend si on pose la question à une personne qui est en début de la maladie et a une forme rémittente ou bien s’il s’agit d’une personne qui a déclaré la SEP progressive.

Bref pour moi c’est une question taboue, à laquelle je préfère ne pas répondre  : JOKER !

 

A vos questions !

Si vous êtes un proche, n’hésitez pas aussi à me dire ce que vous ressentez quand votre ami(e) qui a la SEP se plaint de douleurs, de fatigue ou de perte de mémoire.

Arrêtez de me dire fatiguée SVP !

 

Arrêtez de me dire fatiguée !

Je le sais déjà ! 🙂

fatigue

 

80 ans ça se fête !

Hier après midi, la sœur de mon papa est venue avec son mari et une autre de mes tantes (la femme d’un frère de mon papa, qui est décédé il y a très longtemps), pour souhaiter un bon anniversaire à mon père pour ses 80 ans !

Anniversaire_80_ansJusque là TOUT va bien !

Mon père Jean était ravi !

Je dois vous avouer que ce genre d’évènements me fait à la fois plaisir (avoir un semblant de vie sociale fait du bien au moral !) et me fatigue.

Me fatigue pourquoi ?

Parce que cela me change de mon « train train » quotidien et donc me fatigue.

Entre hier et ce matin, j’ai perdu 400 grammes, rien qu’en ayant à aider mon papa pour mettre le DVD dans le lecteur de DVD, que sa sœur lui a offert mais aussi de monter et descendre les escaliers pour venir leur dire au revoir. Des petites choses pas importantes mais qui épuisent rapidement mon organisme qui vit une SEP progressive chaque jour.

Fatiguée ET énervée !

Ce matin, mon papa était si fatigué qu’il a passé la matinée à dormir !

Je suis donc allée seule à notre séance de kiné hebdomadaire.

Pas de problème : vu son âge, il avait raison de vouloir récupérer !

Je repense à ce que me disait ma mère hier quand je l’interrogeais sur la fatigue, pour savoir ce que la fatigue liée à la SEP était spécifique.

Elle m’expliquait que selon elle, la fatigue de la SEP ressemblait beaucoup à la fatigue ressentie par un « senior » !

Pourquoi suis-je donc énervée aujourd’hui ?

Voici un extrait du mail reçu de ma tante (celle qui est veuve) :

« Merci de votre accueil pr la fête de Jean : c’était chaleureux et sympa.

« Françoise était détendue et Chrystèle – fatiguée. »
Dites-moi : à quoi ça lui sert d’écrire que j’étais fatiguée ?????!!!
C’est pour me faire du mal ou quoi ?
Du style bien me remuer le couteau dans la plaie …
Parce que fatiguée, ça je le suis tous les jours ! avec plus ou moins d’intensité.
Mon autre tante avait bien dit avant de venir : je ne veux pas que notre venue vous fatigue surtout !!
MAIS ? On ne ferais plus jamais rien si on écoutait QUE notre fatigue !!

Imaginons

Imaginons que ce ne soit pas la SEP mais le cancer … je n’apprécierais pas que les amis ou les proches qui viennent me voir disent de moi : c’était sympa d’être venue à votre anniversaire mais Chrystèle alors … toujours aussi l’air fatiguée et ses cheveux n’ont pas repoussé …
Du style, elle fait vraiment malade !!!
Mais je le suis malade !!!!
Alors cessez de me le rappeler !!!

Je veux oublier la maladie

C’est justement dans les moments de réunion familiale, de fêtes, qu’on a envie d’oublier un peu sa maladie …
Ce sera sympa que l’entourage le comprenne !!
Raz le bol quoi !!!
Et vous, comment réagit votre famille ?

Et si c'était la sclérose en plaques ?

 

et si ct la sep

Aujourd’hui, j’ai une question très simple à vous poser : Vous souvenez-vous quelles questions vous vous posiez à l’époque où vous vous demandiez ce qui vous arrivait ?

Je parle de la période où la SEP ne vous avait pas encore été diagnostiquée.

Vous vous souvenez bien j’imagine peut être de cette errance médicale : le généraliste puis l’ophtalmologue puis un nouveau médecin …

A moins que vous fassiez partie des « chanceux » qui n’ont pas eu à galérer pour savoir ce dont ils souffraient ?

 

 

Et si c’était la SEP ?

Cette question je me la suis posée qu’après avoir été voir un neurologue : il avait écrit « myéline ? » à côté de sa demande d’IRM.

Alors je m’étais empressée d’aller chercher sur le web.

Et là BINGO !

J’étais tombée sur le livre d’Arnaud « J’te plaque ma sclérose« 

C’est donc lui qui m’a annoncée ce dont je souffrais :))

 

Parce que jusqu’à présent, j’étais persuadée que mes divers troubles n’étaient pas « dans la tête » comme le pensaient les docteurs depuis des années mais étaient à relier à une maladie bien réelle !

 

SEP Vs Fibromyalgie

Pendant un temps, je m’étais demandée si je n’étais pas atteinte de fibromyalgie, en raison de la fatigue permanente que je ressentais.

 

Le signe de Babinski

Le jour où le médecin de famille que j’étais venue consulter après deux années d’errance médicale m’a fait passer ce test, elle a pu constater l’existence d’une atteinte du système nerveux central.

C’est ainsi que j’ai été invitée à consulter en urgence un neurologue !

 

Urgence

Vous imaginez ce que j’ai pu alors ressentir : un médecin me parlait d’une urgence ! Comment ça ?

Mais cela faisait des années que « je criais au Loup » mais personne ne m’entendait …

On me parlait de spasmophilie, d’hypoglycémie, de dépression, de troubles psychosomatiques, de maigreur, etc.

 

Mes émotions

Je me sentais

  • anxieuse de ne pas comprendre les réactions de mon corps (fourmillements, fatigue, vertiges, perte d’équilibre, faiblesse musculaire, troubles urinaires, troubles cognitifs …)
  • honteuse de devoir cacher ces maux qui n’étaient pas reconnus en tant que tels
  • incomprise par mon entourage et par les médecins

 

Je me souviens d’un jour où je n’osais même plus me rendre chez le dentiste tellement je me sentais mal : mon frère m’avait conseillée de prendre un petit verre d’alcool pour me donner du courage !

Mon autre frère avait dit à ma mère qu’il fallait me donner un coup de pied au Q plutôt que de me faire revenir à la maison !

Je ne leur en veux plus mais j’avoue que c’était une période très difficile à vivre … que je ne souhaite à personne !

Et vous, dans quel état d’esprit étiez-vous dans l’attente du « bon diagnostic » ?

PS : dans un prochain article, je vous donnerais à lire un extrait de mon nouveau livre ..

Devinez comment je l’ai appelé ?

Chrystèle

Faites le choix d'une rentrée sans fatigue !

 clarentree

La rentrée est bientôt là !

Mais comment allez-vous faire pour gérer le stress de la rentrée avec la fatigue chronique ressentie du fait de la maladie ?

Forcément il va vous falloir apprendre à gérer au plus vite les deux à la fois !

  • la fatigue chronique
  • le stress supplémentaire de la rentrée

Voici mes quelques conseils pour une rentrée en pleine forme !

 

Au préalable

Avant toute chose, j’ose espérer que durant cet été vous avez pu faire le plein d’énergie ! Non seulement le repos pour votre corps mais aussi pour votre mental.

Partir en vacances, se dépayser ça fait toujours beaucoup de bien au moral !

Bon, tout le monde n’a pas la chance de pouvoir partir … que ce soit pour des questions financières ou pour des questions de perte d’autonomie.

 

Pourquoi la rentrée nous fatigue ?

La réponse est simple : la fatigue est causée par le changement de rythme.

Les vacances sont bien finies !

Il n’est plus question de repas décalés, de soirées arrosées, de grasses matinées.

Bien au contraire, il est maintenant temps de reprendre de bonnes habitudes de vie !

OK, mais comment faire pour reprendre petit à petit son rythme, sans trop perturber son organisme ?

 

Se préparer à la rentrée

Environ 3 à 4 jours avant la reprise, vous allez devoir songer à mettre en place de nouvelles habitudes.

  • se coucher de plus en plus tôt, afin de revenir aux horaires habituels
  • se lever de moins en moins tard (bref, de plus en plus tôt !)
  • manger à des horaires adéquats et réguliers
  • reprendre une alimentation équilibrée
  • réduire ou éviter la consommation de tabac et d’alcool
  • reprendre une activité physique, telle qu’un sport adapté à vos capacités
  • penser à prévoir ce dont vous allez avoir besoin à la rentrée, afin d’anticiper le stress d’une rentrée non préparée
  • si vous avez des enfants en bas âge, prévoir les possibilités de les faire garder dans les moments où vous vous sentirez débordés ou surmenés, afin d’éviter le burn out (non pas déjà !)

 

 Le jour de la rentrée

Il peut être bon d’entamer une cure de gelée royale. Celle-ci possède les vertus de renforcer l’organisme contre les agressions extérieures et d’augmenter la résistance à la fatigue.

Le ginseng peut également être intéressant car il est une substance tonique et stimulante.

 

Pour les jours et les semaines suivants

Se coucher à heure régulière, si possible dès les premiers signes de fatigue.

Pensez à manger léger le soir et de dîner bien avant d’aller au lit.

Il peut être bon de s’accorder un temps de relaxation avant le coucher et d’éviter de regarder la télévision au lit. Les exercices de respiration ventrale ou bien la pratique d’acupression peut aussi vous aider à réduire la fatigue et le stress de la rentrée.

 

Mon cadeau pour la rentrée

Il est maintenant trop tard pour profiter de la remise spéciale sur mon tout premier livre numérique spécifique à la fatigue SEPienne.

Bravo aux personnes qui m’ont faite confiance, en faisant le choix d’acquérir mon livre !

Aujourd’hui, j’ai pensé faire plaisir aux personnes qui voudraient bien pouvoir, elles aussi, profiter de mes conseils, afin de passer une rentrée sans fatigue.

Parce que c’est la rentrée, je vous propose le téléchargement des deux principaux chapitres de mon livre numérique, pour un prix très spécial !

Pour quels avantages ?

Voici le sommaire des 2 chapitres (38 pages)

Le chapitre III décrit bien la stratégie de gestion de la fatigue chronique

Le chapitre IV correspond au contenu des 4 vidéos pratiques dans lesquelles je vous montre la pratique d’auto-massages, de la stimulation de certains points d’acupression et de zones réflexes au niveau des pieds, pour agir sur différents types de fatigue.

sommaire

Allez vous faire le choix d’une rentrée sans fatigue ?!

 

cadreosf